SAEIV

Transport scolaire de voyageurs et SAEIV

Sur le marché du transport public régulier de voyageurs, le transport scolaire constitue un segment à part. Dans son fonctionnement ou dans son utilisation des SAEIV, il est très différent du transport urbain et interurbain. Quelles sont donc les particularités de ce type de transport ?

En quoi consiste le transport scolaire de voyageurs ?

Marché et principaux acteurs

En France, le transport scolaire est assuré par près de 30 000 autocars et le secteur réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 3 milliards d’euros.

Les cars scolaires véhiculent quotidiennement plus de 3,8 millions d’élèves jusqu’à leur établissement. 2 millions d’entre eux résident hors agglomération.

Les services de transport scolaire sont assurés pour le compte des régions par des entreprises privées ainsi que par certaines régies départementales devenues régionales. Ces entreprises possèdent en moyenne entre 30 et 300 véhicules et réalisent chacune entre 3 et 30 millions d’euros de chiffres d’affaires.

Parmi les entreprises de transport scolaire, on trouve principalement des filiales de grands groupes (Keolis, Transdev ou RATP Dev) et des entreprises indépendantes, par exemple Avenir Atlantique, Eole Mobilité, DMA Dupasquier ou encore Autocars Groussin.

Les difficultés rencontrées par les opérateurs de transport scolaire

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le transport scolaire est le parent pauvre du transport de voyageurs, en particulier lorsqu’on le compare au transport interurbain.

Cela s’explique par plusieurs facteurs :

• En moyenne, un car de ramassage scolaire transporte beaucoup moins de voyageurs qu’un car interurbain.

• Il parcourt également beaucoup moins de kilomètres.

• Pendant des années, le transport scolaire a aussi été perçu comme une charge par les collectivités.

Cette situation a de multiples incidences :

Les véhicules affectés au transport scolaire sont souvent plus vétustes que ceux destinés au transport interurbain.

Ce sont généralement les conducteurs débutants que les entreprises affectent aux lignes scolaires, les conducteurs plus aguerris étant nommés sur les lignes interurbaines.

Les conducteurs affectés au transport scolaire sont plus mal payés (souvent pas plus de 700 € par mois), mal formés et leur statut est précaire. Ils sont généralement sous contrat CPS (Conducteurs en Période Scolaire), un contrat à temps partiel qui ne leur garantit que 180 jours de travail par an au minimum.

• La faible attractivité de ce type de contrats engendre de gros problèmes de recrutement dans la profession. Certaines régions doivent même recourir à des conducteurs étrangers pour pallier ce manque.

• En raison du turnover important des conducteurs, les entreprises doivent investir beaucoup de temps et de moyens dans la formation. Le transport d’enfants étant particulièrement sensible, les conducteurs doivent être extrêmement rigoureux et maîtriser parfaitement leur circuit !

Le transport scolaire manque donc d’attractivité auprès des conducteurs. Résultat : comme le rappelle Laurent Burg, consultant en transport de voyageurs, « certaines entreprises aujourd’hui n’osent plus répondre aux appels d’offre de transport scolaire de peur de ne pas trouver de conducteur ».

L’impact de la loi NOTRe sur l’organisation du transport public scolaire

Heureusement, les choses sont en train de changer depuis l’adoption de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) en 2015.

La loi NOTRe a en effet modifié en profondeur les compétences jadis attribuées aux collectivités locales. Désormais, ce sont les régions et les métropoles locales qui ont la compétence en matière de transport de voyageurs, en particulier en matière de transport scolaire.

Or ces nouvelles Autorités Organisatrices de Transport (AOT) trouvent un intérêt dans la mise en place d’une offre de transport scolaire de qualité :

• Les grandes villes ont bien compris les bénéfices que le transport scolaire pouvait apporter aux populations, notamment en matière de bien-être et de désengorgement des centres-villes (le transport scolaire permet de limiter l’usage de la voiture personnelle pour conduire ses enfants à l’école).

• Quant aux régions, elles veulent garantir le respect de l’égalité des chances devant l’accès à la formation. Or le transport scolaire permet à tout élève de se rendre sur son lieu de formation, que ses parents disposent ou non d’un véhicule personnel et qu’il réside ou non à proximité d’une ligne de transport public.

Quels sont les enjeux du transport scolaire pour les opérateurs ?

Recruter et former des conducteurs

Comme nous l’avons vu précédemment, l’exploitation des lignes scolaires est spécifique, les circuits ne fonctionnant qu’environ 180 jours par an.

Proposer aux conducteurs des contrats à temps complet n’est pas envisageable pour des questions de rentabilité et parce que les AOT ne sont pas prêtes à payer plus cher pour du transport scolaire.

Les entreprises de transport n’ayant d’autre choix que de continuer à proposer des contrats CPS avec des salaires faibles, elles ont du mal à recruter des conducteurs scolaires et à les garder sur la durée après les avoir formés. C’est donc un enjeu essentiel pour elles.

Desservir tous les établissements du territoire aux bons horaires

Les horaires de passage des autocars de ramassage scolaire doivent s’adapter aux horaires des établissements. Les collectivités doivent donc mettre en place des circuits dédiés, parfois complexes, pour desservir les communes de rattachement des établissements et respecter leurs contraintes horaires. Dans certains cas, elles aménagent des plateformes de correspondance pour desservir un maximum d’établissements.

Garantir la sécurité des élèves

Étant donné qu’ils transportent des enfants, les opérateurs ont une obligation de sécurité. Équipements spécifiques, infrastructures et aménagements adaptés sont mis en place pour assurer la sécurité des élèves et prévenir les accidents.

Informer les élèves et leurs parents

L’information est également au centre des préoccupations des parties prenantes du transport scolaire. Il s’agit bien sûr d’informer les élèves sur les horaires de passage des cars mais aussi et principalement leurs parents. Ces derniers ont besoin d’être rassurés sur le bon passage du car à l’horaire indiqué ; ils veulent aussi savoir si leur enfant a bien pris son car. Les établissements scolaires doivent eux aussi être informés d’éventuels aléas dans la circulation des véhicules de ramassage scolaires.

Atteindre un niveau correct de rentabilité

L’objectif des opérateurs de transport est d’atteindre un niveau correct de rentabilité sur le secteur du transport scolaire, et que cela ne se fasse pas au détriment de la qualité du service. Cela passe notamment par la mise en place de contrats CPS, peu attractifs. Généralement, seuls les conducteurs débutants acceptent de tels contrats et il importe de les former pour que la qualité du service reste au rendez-vous.

En quoi le SAEIV peut-il aider les opérateurs de transport scolaire ?

Les SAEIV ou Systèmes d’Aide à l’Exploitation et d’Information des Voyageurs sont des outils logiciels qui aident les opérateurs de transport à optimiser leur exploitation, à faciliter le travail de leurs conducteurs et à diffuser de l’information pour les voyageurs en temps réel. Ils permettent d’améliorer la qualité du service rendu et de répondre aux cahiers des charges des autorités organisatrices.

Faciliter la conduite

On l’a vu, le turnover est la problématique n°1 des opérateurs de transport scolaire qui doivent en permanence former de nouveaux conducteurs, souvent débutants, à des circuits parfois complexes.

Les SAEIV disposent de fonctionnalités d’aide à la conduite qui facilitent largement l’intégration des conducteurs. L’outil leur permet en effet de visualiser leur circuit sous forme de guidage GPS – une fonctionnalité très pratique et rassurante lorsque ceux-ci sont encore novices sur leurs services. Par ailleurs, les SAEIV permettent de diminuer le temps de doublage des conducteurs durant les périodes de formation, pour une meilleure optimisation de ce poste de dépense.

Le calcul de l’avance-retard les aide également à mieux respecter les horaires de passage aux arrêts. Les chauffeurs d’autocar sont aussi informés des correspondances aux différents arrêts qu’ils desservent. En cas d’incident ou d’aléa sur leur circuit, ils peuvent contacter l’exploitation pour remonter l’information.

Superviser l’exploitation du réseau

Les SAEIV permettent aux responsables d’exploitation de suivre en temps réel la position des autocars et l’état du réseau de transport scolaire.

Grâce aux SAEIV, ils peuvent ainsi :

être en lien constant avec les conducteurs sur le terrain ;

renforcer la fiabilité et la ponctualité des circuits de ramassage scolaire en alertant les conducteurs lorsque leur avance-retard est trop grande ou qu’il y a un problème de circulation ;

• analyser la ponctualité des cars, les kilomètres parcourus ou encore les temps de parcours grâce à un outil statistique fin et précis et, sur cette base, optimiser les circuits scolaires ;

• et apporter des réponses objectives aux réclamations des voyageurs grâce à la fonctionnalité de rejeu des courses.

Les SAEIV offrent aussi aux responsables d’exploitation une gestion facilitée de leurs plans de transport. Les solutions les plus avancées comme PYSAE permettent aussi l’édition et la visualisation des données du plan de transport, l’import de fichier externes (issus d’outils de gestion de planning par exemple), la création automatique d’itinéraires ou encore la modification simplifiée des dessertes.

Informer élèves, parents et établissements

Les besoins en information des voyageurs – un autre enjeu important dans le secteur des transports – peuvent également être facilement satisfaits grâce aux Systèmes d’Aide à l’Exploitation et d’Information des Voyageurs.

Les SAEIV permettent d'informer les élèves en temps réel, tout en rassurant les parents. Ces derniers peuvent désormais vérifier si le car est bien passé et sont alertés en cas de retard ou de tout autre aléa. Quant aux établissements, ils peuvent connaître l'heure d'arrivée effective des véhicules de transport scolaire.

Améliorer la qualité de service

La qualité de service est également un enjeu phare pour les opérateurs de transport, qui doivent respecter leurs engagements – notamment en matière de ponctualité – pris auprès d’autorités organisatrices de plus en plus attentives sur ces sujets.

Les SAEIV leur permettent ainsi de mieux superviser le réseau et de diminuer le nombre des réclamations émises par les voyageurs à cause de retards ou de circuits non réalisés.

En quoi PYSAE répond-il aux besoins spécifiques des opérateurs de transport scolaire ?

PYSAE prend en compte les besoins des opérateurs de transport scolaire en leur fournissant un SAEIV adapté aux spécificités de leur marché.

Un déploiement facile et un investissement limité

En matière de transport scolaire, une solution de SAEIV doit avant tout être facile à mettre en place. En effet, les responsables d’exploitation sont souvent débordés et recherchent des solutions qui leur permettent d’optimiser la performance de leurs actions.

Voilà pourquoi PYSAE propose une solution en mode SaaS, facile à déployer par les exploitants et sans investissement lourd de leur part. Ce mode de distribution leur permet de bénéficier de toutes les fonctionnalités du logiciel grâce à un système d’abonnement sans engagement. L’intérêt d’un tel modèle pour le client, c’est qu’il repose uniquement sur sa satisfaction et qu’il n’a pas à payer de surcoût pour la mise en place, la maintenance ou encore la mise à jour du logiciel.

PYSAE a également fait en sorte de simplifier le déploiement de sa solution, que ce soit au niveau de la création des comptes utilisateurs, de la configuration du plan de transport ou encore de l’installation dans les véhicules. Quant à la prise en main de l’outil, elle se fait en seulement quelques jours à quelques semaines, et cela, grâce à son modèle SaaS entièrement standardisé et simple pour l’utilisateur.

Une solution optimisée pour l’exploitation des services scolaires

Le transport scolaire est soumis à des contraintes horaires fortes liées aux heures d’ouverture des établissements.

L’outil PYSAE a donc été optimisé pour s’adapter au transport scolaire, qui va souvent de pair avec des dessertes complexes et des horaires spécifiques (tôt le matin par exemple).

Le suivi des prises de service peut aussi être assuré grâce à PYSAE. La fiabilité des conducteurs étant un enjeu fort dans le transport scolaire, le suivi des prises de service permet aux exploitants de s’assurer que les conducteurs se sont bien identifiés et sont prêts à partir à l’horaire prévu. Un point d’autant plus important que les conducteurs ne partent généralement pas du dépôt mais sont la plupart du temps éparpillés sur le territoire à desservir.

Par ailleurs, la fonctionnalité d’avance-retard de PYSAE est particulièrement utile pour informer à la fois les responsables d’exploitation et les conducteurs en cas de défaut de ponctualité sur un circuit. Les conducteurs ont ainsi la possibilité d’ajuster leur allure et, le cas échéant, les responsables d’exploitation peuvent informer les élèves, les parents et les établissements en temps réel de l’état de la situation.

L’aide à la conduite pour des conducteurs CPS

Pour qu’un SAEIV soit véritablement utile, il faut que les conducteurs déclenchent correctement leurs courses. Voilà pourquoi il est primordial que ces derniers adhèrent pleinement à l’application SAEIV mise à leur disposition.

Chez PYSAE, nous apportons un soin tout particulier à l’ergonomie de l’application embarquée dans les véhicules. Notre objectif est qu’elle soit intuitive et facile d’utilisation pour les conducteurs. Nous constatons quotidiennement que ces derniers trouvent une réelle utilité à la solution et « ne peuvent plus s’en passer » comme nous le confient beaucoup d’entre eux.

Le guidage GPS à la fois les rassure et leur permet d’éviter des erreurs de desserte des arrêts. Et, surtout, c’en est fini du conducteur de car scolaire seul et isolé dans son car ! Avec PYSAE, les conducteurs sont en lien permanent avec leur exploitant : en cas d’aléa, ils peuvent l’alerter facilement grâce aux multiples fonctionnalités de communication de l’outil (alertes, messagerie, appel téléphonique, etc.).

PYSAE est ainsi un véritable compagnon de travail au quotidien pour les conducteurs !

L’information des élèves, des établissements et des parents en temps réel

PYSAE remonte, en continu et en temps réel, les données de géolocalisation des cars scolaires et les aléas sur les circuits, ce qui permet d’indiquer le temps d’attente exact à chaque arrêt. Chaque partie prenante – élèves, parents ou encore établissements scolaires – peut aussi visualiser toutes ces informations dans notre application smartphone gratuite et accessible à tous.

La remontée d’information sur la réalisation des services

Pour fournir aux exploitants une vision complète de l’état du réseau, PYSAE remonte les données de chaque véhicule en circulation sur le terrain. Ces données fiables et précises permettent aux exploitants d’effectuer un reporting auprès des autorités organisatrices et de répondre à d’éventuelles réclamations des voyageurs ou des collectivités.

Et puisque le sujet de l’information en temps réel est au cœur de la stratégie de communication des régions et des collectivités locales, PYSAE met à disposition un flux normé temps réel (GTFS-RT) pour alimenter en données des plateformes ou applications tierces (SIM régional, applications multimodales, etc.).

Retour d’expérience avec Keolis Eure-et-Loir

Depuis 2018, Keolis Eure-et-Loir a équipé les lignes de transport scolaire de l’Agglomération du Pays de Dreux avec le SAEIV de PYSAE. Les 40 véhicules équipés avec l’application embarquée assurent le transport d’environ 2 500 élèves.

L’application a notamment rencontré un vif succès auprès des parents d’élèves, heureux de pouvoir géolocaliser en temps réel le car de leur enfant simplement depuis leur smartphone.

Les conducteurs Keolis ont également été enthousiasmés par l’outil, qui les accompagne tout au long de leur circuit en leur fournissant des informations de géolocalisation et de calcul de l’avance-retard.

D’après Keolis Eure-et-Loir, « nous avons de très bons retours sur le dispositif, tant de la part des parents car il leur apporte une tranquillité, que des chauffeurs, rassurés d’être géolocalisés ».

Selon Jacques Lemare, alors Vice-Président de l’Agglomération du Pays de Dreux en charge des Transports et du Développement numérique lors du déploiement de PYSAE en 2018, « cet outil nous a interpellé car il s’inscrit dans la modernité que l’on veut instaurer dans notre service des transports ».

Échangeons

Si vous souhaitez nous partager vos retours d'expérience et vos remarques au sujet des SAEIV pour le transport scolaire, vous pouvez nous écrire à contact@pysae.com.

SAEIV

Transport scolaire de voyageurs et SAEIV

Vous souhaitez tout savoir sur
l‘actualité du transport de voyageur ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé des dernières tendances et enjeux du secteur
Merci! Votre inscription a bien été prise en compte!
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné.