Edito

Quoi de neuf en mars? Tendances et actualités du transport interurbain

C’est bientôt la fin du premier trimestre 2021, les beaux jours arrivent, et la période des Appels d’Offres aussi ! Comment répondre aux exigences de plus en plus élevées des Régions et Communautés d'agglomération tout en optimisant la performance de son exploitation ? 

En ce mois de mars, PYSAE revient sur les tendances et actualités du transport interurbain, parfois considéré comme parent pauvre du transport de voyageurs mais aujourd’hui secteur en pleine évolution...

L’Edito de Nicolas Jaulin, CEO de PYSAE

Depuis le 1er Janvier 2017, dans le cadre de la loi NOTRE de 2015, la compétence pour l’organisation des transports collectifs non urbains (interurbain et scolaire) réguliers et à la demande, initialement partagée avec les départements (qui la supportait largement), est devenue l’exclusivité des régions.

Historiquement en charge du ferroviaire et en particulier des lignes TER, les régions allouaient une part conséquente de leur budget, de l’ordre de 20%, à leurs Services Transport, un volet de leurs attributions valorisant leurs politiques territoriales. Ce poste de dépense est aujourd’hui le premier des régions (25,1% en 2020), et le budget dédié est en constante augmentation.

De tels investissements ont permis aux régions de mettre en place un niveau de service élevé sur le transport ferroviaire (confort, exploitation, services complémentaires : application temps réel, alerte en cas d’incident...etc), qu’elles souhaitent désormais élargir à l’ensemble de leurs marques régionales de réseau. C'est-à-dire, à l’ensemble des modes de transport dont elles ont nouvellement la charge, et, en particulier, au transport interurbain et scolaire.

De manière générale, la mobilité connaît de profondes transformations ces dernières années. La digitalisation a révolutionné les usages voyageurs et attentes clients pour qui l’intermodalité et l’accès à l’information en direct sont devenus essentiels. Suivre en direct les perturbations de sa ligne ou la position de son bus, transformer son temps de transport en temps utile grâce à une connexion WIFI, ou planifier son trajet incluant divers moyens de transport de bout en bout et quasi instantanément, sont presque devenus des prérequis pour les voyageurs. La transition énergétique, quant à elle, est également un enjeu clé du secteur, qui entame sa transition vers de nouvelles formes de motorisation comme l’électrique, ou le recours à des carburants alternatifs comme le Gaz Naturel Véhicule (GNV) ou l’hydrogène.

Ces transformations sont au cœur des attentes des régions. On assiste donc à une standardisation et un nivellement par le haut du niveau d’exigence exprimé dans les Cahiers des Charges pour l’attribution des contrats d’exploitation des lignes interurbaines et scolaires. Ainsi, alors que les départements, parfois moins sensibles aux questions d’intermodalité ou de digitalisation, rédigeaient différents cahiers des charges en fonction des lignes et territoires concernés, les régions émettent elles, un cahier des charges standard diffusé presque à l’identique pour chaque ligne. Ces cahiers des charges délèguent souvent le choix des solutions proposées aux transporteurs, là où les départements et collectivités proposaient parfois directement des outils dans les appels d’offre ou lançaient des marchés complémentaires dédiés.

La loi relative à la délimitation des régions de 2015, qui a réduit leur nombre de 22 à 13 en France métropolitaine, a bouleversé le découpage des marchés pour les opérateurs de transport interurbain et scolaire. Les régions ont vu leurs territoires élargis et leurs compétences centralisées. Le nombre de donneurs d’ordres potentiel a été divisé par 10, passant d’environ une centaine (96 départements métropolitains), à une dizaine (13 nouvelles régions). Le risque de dépendance économique est donc bien plus élevé pour les opérateurs de transport. En effet, les transporteurs interurbains et scolaires indépendants de petites tailles (50 à 100 bus) pouvaient avoir des contrats avec 2 à 3 clients différents (à cheval sur plusieurs départements). Aujourd’hui leur taille ne leur permet pas de traiter avec plusieurs régions. Aussi, un certain nombre d’entre eux se rassemblent en groupes locaux pour élargir leurs réseaux et champs d’intervention. En mutualisant leurs ressources, ils peuvent plus facilement faire face aux besoins en investissement et défis techniques exigés par les régions, investir dans de nouveaux équipements et outils, ou lancer de nouveaux projets industriels comme la construction de stations hydrogène ou GNV.

La régionalisation et les nouvelles tendances du secteur ont donc entraîné l’apparition de nouveaux enjeux pour les transporteurs interurbains et scolaires qui doivent faire face aux mêmes défis quotidiens. Aux problématiques d’exploitation, managériales et RH (turnover élevé, formation, CPS…) se sont ajoutées les questions de l’intermodalité, du MaaS ou de l’ouverture des données encouragés par la LOM (Lois d’Orientation des Mobilités).

Dans un contexte concurrentiel élevé et sur des réseaux de plus en plus larges et complexes, la recherche d’efficacité est plus que jamais clé pour les opérateurs de transport interurbain et scolaires. Les SAEIV (Solutions d’Aide à l’Exploitation et à l’Information Voyageurs) permettent de répondre à ces enjeux de performance et sont souvent requis dans les appels d’offres émis par les régions et communautés d’agglomérations.

Chez PYSAE nous vous accompagnons dans l’optimisation de l’exploitation de vos réseaux, tout en répondant aux nouvelles exigences de vos donneurs d’ordre, grâce à notre SAEIV qui mêle application pour les conducteurs, plateforme web pour la supervision, et temps réel sur mobile pour les voyageurs. Complète et facile à déployer, la solution PYSAE génère des données temps réelles utiles à l’exploitation, intégrables avec les applications MaaS et réutilisables par des services tiers, dans le respect des exigences de la LOM. Son outil d’aide à la conduite (guidage GPS, informations sur les arrêts à desservir, horaires de passage prévu et avance-retard relatif), interfaçable avec les SIV (Systèmes d’Information aux Voyageurs : haut-parleurs, girouettes, billettique…) facilite le quotidien de vos conducteurs, leur prise de service et leur montée en compétences.

PYSAE est donc un réel allié pour vos conducteurs et responsables d’exploitation, et les aide à fournir un service de meilleure qualité aux voyageurs pour le plus grand plaisir de vos clients régions et communautés d’agglomération !

Échangeons

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'utilité des SAEIV et les fonctionnalités de PYSAE pour le transport scolaire et interurbain, n'hésitez pas à nous écrire à contact@pysae.com.

Edito

Quoi de neuf en mars? Tendances et actualités du transport interurbain

Vous souhaitez tout savoir sur
l‘actualité du transport de voyageur ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé des dernières tendances et enjeux du secteur
Merci! Votre inscription a bien été prise en compte!
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné.