Edito

Quoi de neuf en octobre ? Le voyageur connecté

Depuis l’essor des smartphones et des évolutions technologiques (IA, accessibilité des données mobiles…), les pratiques des voyageurs ont changé. Après avoir été longtemps captifs, c’est-à-dire dépendants d’un mode de transport unique, ils peuvent désormais choisir entre plusieurs modes de transport, au cours d’un même trajet, sans se limiter au transport public…

Le secteur du transport n’est en effet plus marqué par une logique de silos mais par une logique d’intermodalité, qui consiste pour le voyageur à utiliser au moins deux modes de transport distincts au cours d’un même trajet.

Plus proactif et volatile dans ses choix, le voyageur n’hésite plus à comparer les offres de transport pour retenir le meilleur itinéraire pour rallier un point A à un point B à un instant T. Il est ainsi plus exigeant au sujet de la qualité du service rendu et de l’information à sa disposition, qui doit être accessible en continu et actualisée en temps réel. Il souhaite désormais pouvoir gérer son voyage de A à Z depuis son téléphone : préparer son itinéraire en choisissant l’option la plus adaptée, acheter ses titres de transport, ou encore vérifier les horaires de passage des véhicules en temps réel. Qu’il soit dans une grande métropole ou dans une zone interurbaine, le nouveau voyageur a le même niveau d’exigence.

Et pour répondre aux attentes des usagers, les outils d’information s’adaptent et se digitalisent. Les voyageurs peuvent désormais consulter plusieurs canaux d’information tels que les sites ou applications des transporteurs, et surtout les plateformes de Maas telles que Google Maps. L’intérêt de ces dernières est de réunir plusieurs modes de transport sur une même plateforme unique. En combinant des offres de transport très variées (classiques, collectives ou douces), elles ont l’avantage de favoriser l’intermodalité, et donc d’offrir aux voyageurs une meilleure planification de leur trajet et une expérience utilisateur plus fluide.

Mais si Internet est au cœur de la consommation des transports, les conséquences sur l’exploitation sont bien concrètes. Un voyageur qui n’est pas satisfait du service rendu par le transporteur n’hésitera plus à choisir un mode de transport alternatif pour se rendre à sa destination finale. Non seulement il a le choix, mais surtout un simple coup d’œil sur son smartphone lui indiquera précisément les solutions qui sont à sa disposition.

D’où l’importance pour les opérateurs de transport d’opérer leur mue et d’intégrer à leur exploitation des systèmes qui, à l’instar des SAEIV, leur permettent de mieux répondre aux attentes de leurs clients – voyageurs comme donneurs d’ordre.

S’intégrer aux réseaux multimodaux, améliorer la qualité de service et transmettre de l’information en temps réel sont aujourd’hui au cœur de la mobilité. Pour les opérateurs de transport de voyageurs, ce sont des enjeux stratégiques cruciaux et y répondre efficacement est une question de survie.


Pour plus d’informations sur le SAEIV de PYSAE, contactez-nous à contact@pysae.com

Edito

Quoi de neuf en octobre ? Le voyageur connecté

Vous souhaitez tout savoir sur
l‘actualité du transport de voyageur ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé des dernières tendances et enjeux du secteur
Merci! Votre inscription a bien été prise en compte!
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné.